Archives de l’auteur : Alfred

l’intention d’un vote extrémiste a monté son incongruité hier soir avec la représentante du FN !!!

Le débat  des deux candidats à la présidentielle hier soir a démontré ses propres limites ! Les commentateurs qui se sont succédés à la suite de cette lamentable démonstration télévisée  n’ont eu cesse d’essayer de décortiquer les petites phrases de chacun pour tenter de nous dire qui avait gagné … qu’importe, c’est leur façon de faire !
 Il n’est pourtant pas besoin d’être un énarque pour s’être rendu compte que la candidate FN a été au dessous de tout et que le candidat centriste s’est retrouvé jeté brutalement dans la fosse aux lions face à la lionne qui, au lieu de le manger comme on aurait pu le croire à l’écoute de ses soutiens partisans, n’a fait qu’accoucher de propos stupides préparés par des seconds du même niveau ! Il n’a forcément pas eu d’autre orientation que de répondre, et sans fiche(!), aux mêmes arguments que nous entendons depuis des dizaines d’années ! pour du changement prôné par le FN, nous repasserons…
Comment laisser la direction du 5ème état mondial à des raisonnements de dernière zone ? Cela n’a dû échapper à personne et si certains peuvent être tentés par un vote blanc, nul, ou pire par une abstention, ce débat doit mettre en avant la nécessité d’éliminer ces propos qui n’ont ni queue ni tête et ne peuvent que nous amener directement dans le mur.

Pour cela, un seul choix s’impose même si certains ne veulent pas l’assumer : le vote Macron n’est pas forcément celui que certains ont envie d’assumer mais le refuser donne du poids au FN qui vient d’avoir à nouveau une attitude que nous connaissons pourtant si bien.

 

Editorial du “monde” que vous pouvez voir ici  : 

http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/05/04/editorial-marine-le-pen-le-visage-de-l-extreme-droite_5122129_3232.html#xtor=AL-32280270 et que nous publions par un copier-coller ci dessous.

Le Monde Editorial : Marine Le Pen, le visage de l’extrême droite :

Editorial. La candidate frontiste est apparue, lors du débat de mercredi soir, comme la digne championne d’un extrémisme prêt à profiter de toutes les peurs, à creuser toutes les fractures et à attiser tous les fantasmes.

LE MONDE |   • Mis à jour le  | Par  Jérôme Fenoglio (Directeur du “Monde”)

Abonnez vous à partir de 1 € Réagir Ajouter

image: http://s2.lemde.fr/image2x/2017/05/04/534×0/5122128_6_8c64_captation-tv-du-debat-pour-le-second-tour-de_ab0c88139b9492a694886ca1edd3e01d.jpgCaptation TV du débat pour le second tour de la présidentielle 2017 entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron. Paris le 3 mai 2017 - 2017©Jean-Claude Coutausse / french-politics pour Le Monde

Editorial du « Monde ». Dans trois jours, les Français éliront le prochain président de la République. Ils étaient en droit d’attendre des deux candidats en lice, mercredi 3 mai, un débat approfondi qui les éclaire, avant de faire leur choix, sur leur personnalité, sur la solidité de leur projet et sur leur capacité à tracer l’avenir de la cinquième puissance mondiale. Ils n’ont eu droit – et la responsabilité en incombe à la candidate du Front national – qu’à un face-à-face confus, accablant et indigne. Mais on veut croire qu’ils auront obtenu les réponses qu’ils attendaient.

A ceux qui pouvaient l’avoir oublié, ce pugilat a rappelé crûment ce qu’est l’extrême droite française. A ceux qui font mine de ne plus savoir établir de hiérarchie entre les périls, ce spectacle navrant a désigné le plus grand de tous les dangers : l’irruption, au cœur de la démocratie française, de la brutalité et de la duplicité de la tradition politique, et familiale, qu’incarne Marine Le Pen.

Le débat d’entre-deux-tours n’est certes pas inscrit dans notre Constitution. Il est le résultat d’un accord, renouvelé à chaque élection, entre candidats qui acceptent de jouer le même jeu, qui se plient à des règles communes. Jusqu’ici, l’extrême droite en avait été écartée par son score, ou par la répugnance de Jacques Chirac à argumenter face à Jean-Marie Le Pen en 2002. Son irruption sur cette scène n’en est que plus glaçante.

En violant tous les usages de cette confrontation, en méprisant jusqu’à l’exigence de sincérité, Marine Le Pen a dévoilé ce que serait sa pratique du pouvoir, si par malheur, elle était amenée à l’exercer. Son but n’est pas d’échanger, mais d’abaisser. Sa stratégie n’est nullement de convaincre, mais de nuire. Son projet n’est qu’une entreprise de démolition.

En choisissant d’emblée d’engager une bataille de chiffonniers, en maniant sans cesse l’invective, voire l’injure, l’agressivité faussement souriante et réellement grinçante, Marine Le Pen a ainsi montré son vrai visage. Elle se disait la candidate de la « France apaisée ». Elle est apparue comme l’héritière d’une pratique politique qui a toujours reposé sur le dénigrement et la menace. L’émule, en outre, d’un Donald Trump, multipliant, comme le président américain, les insinuations mensongères. La digne championne, enfin, d’un extrémisme prêt à profiter de toutes les peurs, à creuser toutes les fractures et à attiser tous les fantasmes.

Ces angoisses sont réelles, il convient de les prendre au sérieux et de ne pas les traiter avec le cynisme dont vient de faire preuve Marine Le Pen. Ce sera l’enjeu majeur du quinquennat qui s’ouvre. Pour chaque acteur de la nouvelle vie politique que redessineront cette présidentielle et les élections législatives en juin, il faudra enfin se montrer aussi dur avec les causes qui ont fait monter le FN qu’avec ce parti lui-même, dont la candidate vient d’exposer les insignes faiblesses.

Sur le projet, et en particulier sur le terrain économique, fiscal et budgétaire, le contraste a ainsi été saisissant. La candidate du Front national s’est contentée de lancer en l’air des promesses faramineuses sans convaincre à aucun moment que leur faisabilité était réelle et leur financement assuré.

De même sur la capacité à diriger, demain, un pays comme la France. C’est, au fond, la fonction ultime et essentielle d’un tel débat : prouver aux Français que l’on a l’étoffe d’être leur président. A 39 ans, surgi au premier plan depuis quelques mois seulement, Emmanuel Macron n’a certainement pas levé toutes les interrogations à cet égard. Mais la présidente du Front national, pour sa part, a démontré qu’elle n’en avait aucune des qualités. Son rapport à la réalité des plus flous, son rapport à l’exactitude pour le moins approximatif, son rapport à la vérité toujours manipulatoire dressent contre elle, sur ce plan, un réquisitoire sans appel.

Face à cette imposture, le premier des risques serait l’indifférence. Et la nécessité la plus urgente est d’écarter fermement Marine Le Pen de ce pouvoir qu’elle convoite et qu’elle dévoierait aussi sûrement qu’elle a fait dérailler le débat de mercredi soir. Pour préserver les conditions de ce débat républicain, il importe plus que jamais que tous les démocrates se mobilisent afin que la candidature FN ne soit pas crédibilisée par un bon score au second tour. Et pour cela, il n’existe qu’un moyen : voter ce dimanche en faveur d’Emmanuel Macron.

  • image: http://s1.lemde.fr/image2x/2015/07/11/24×24/1100515804_4_21f5_14366121759492-unnamed_dceed88d2296f719c498df236c41e43b.jpg  Jérôme Fenoglio (Directeur du “Monde”)

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/05/04/editorial-marine-le-pen-le-visage-de-l-extreme-droite_5122129_3232.html#4UsZHVUcpg30wHh1.99

le billet de François…

Encore une nouvelle prise sur You Tube, mise en place par France Inter vendredi !
C’est le billet humoristique de François Morel qui rend hommage à Pénélope… effectivement il n’y en a pas beaucoup de Pénélope ; au fait, vous en connaissez ? ah ça ira, ça ira…