Archives mensuelles : février 2018

au cinéma ce soir

par webmaster

SEANCES de ce JEUDI 15 FEVRIER

 

“La promesse de l’aube”   seance à 14H    – attention nouvel horaire-

Toutes les séances

France, 2017, 2h10
Un film de Eric Barbier
Avec Pierre Niney, Charlotte Gainsbourg, Didier Bourdon
Comédie dramatique, Adaptation littéraire
Accessible dès 12 ans

De son enfance difficile en Pologne en passant par son adolescence sous le soleil de Nice, jusqu’à ses exploits d’aviateur en Afrique pendant la Seconde Guerre mondiale… Romain Gary a vécu une vie extraordinaire. Mais cet acharnement à vivre mille vies, à devenir un grand homme et un écrivain célèbre, c’est à Nina, sa mère, qu’il le doit. C’est l’amour fou de cette mère attachante et excentrique qui fera de lui un des romanciers majeurs du XXe siècle, à la vie pleine de rebondissements, de passions et de mystères. Mais cet amour maternel sans bornes sera aussi son fardeau pour la vie…

Le film n’est pas encore sorti à l’heure d’imprimer et on croise les doigts donc. Pour le moins on sait qu’Eric Barbier est un habitué des drames et thriller et qu’il s’est attelé en connaissance de cause au défi de porter sur grand écran le roman autobiographique de Romain Gary. Le ton résolument grave de la bande-annonce peut sembler bien éloigné du jeu entre tragique et comique qui parcourt le chef-d’œuvre de l’écrivain. Pas d’inquiétude pour autant, Éric Barbier, qui « adore son aspect humoristique, né d’un grand malheur, celui pour Gary de ne jamais réussir à être complètement désespéré », a prévu de faire passer ce décalage si délicieux « par la voix off, en appui des situations ». Wait and see

“Corps et âme” – seances à 18h

Toutes les séances

Hongrie, 2017, 1h56
Un film de Ildiko Enyedi
Avec Alexandra Borbély, Morcsányi Géza, Réka Tenki
Comédie dramatique Fable
Dès 13 ans
Version originale sous titrée
Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
Ours d’Or – Berlin 2017

Mária, nouvelle responsable du contrôle de qualité et Endre, directeur financier de la même entreprise (un abattoir), vivent chaque nuit un rêve partagé, sous la forme d’un cerf et d’une biche qui lient connaissance dans un paysage enneigé.

Fort de ce pitch saugrenu où en a déjà trop dit, “Corps et âme” qui a obtenu la récompense suprême au Festival de Berlin, tricote une singularité étonnante qui combine à merveille l’émotion pure et l’humour cocasse, mais où il est question de l’essentiel : notre condition d’humains paradoxaux. Le film aurait pu être balourd et niais, au contraire, il enchante par sa gravité et son ironie légère, sa suggestion délicate d’une solidarité entre le monde animal et les êtres humains, sa célébration du rêve et de la magie comme moyen d’échapper à un quotidien sans âme. Un film unique, bouleversant et sacrément envoûtant.

“Au revoir là haut”  – seance à 20h30

Toutes les séances

France, 2017, 1h57
De Albert Dupontel 
Avec Nahuel Pérez Biscayart, Albert Dupontel, Laurent Lafitte 
Comédie dramatique
Accessible dès 12 ans

Albert Maillard et Edouard Péricourt, deux vétérans de la Grande Guerre, se retrouvent désemparés après l’armistice. Albert, intrépide, miséreux et au chômage, et Edouard, traumatisé et défiguré après avoir sauvé Albert, sont liés à jamais. Ensemble, ils décident d’arnaquer les patriotes d’opérette en prétendant vendre des monuments aux morts dessinés par Edouard. Ce dernier tente de dépasser son infirmité via des prothèses de sa fabrication. De son côté, l’ex-capitaine Pradelle veut se faire de l’argent, avec l’aval de L’État, sur le commerce de cercueils vides censés contenir les dépouilles de soldats disparus rendues à leurs familles…

Avec “Au revoir là-haut”, Albert Dupontel adapte le livre de Pierre Lemaitre et signe une merveille de malice libertaire et d’invention formelle. Un film événement qui ressemble à son auteur : imprévisible, secouant, diablement philosophe… et pas si déglingué. Cela fait un bien fou de voir un cinéma français capable d’être épique et émouvant, sans pour autant tomber dans l’académisme et la guimauve.

bon film à tous !